Beyrouth est plurimillénaire. Son histoire transpire de ses murs, exhale de son sol et se dissout dans le chaos du quotidien. Sa beauté s’efface peu à peu par les négligences des uns et les exubérances immobilières des autres. En dehors du Beyrouth carte postale, la ville s’offre au regard, sans fard et sans pudeur.

Ieva Saudargaité Douaihi, Beyrouthine née ailleurs, nous propose une exploration en silence de sa ville et de ses territoires. Elle plonge dans l’intimité de ce grand corps en mutation constante, ausculte son intériorit féconde, déterre sa mémoire enfouie, découvre ses jardins cachés, trouve des ouvertures improbables et des perspectives étonnantes.

Ce Beyrouth de Ieva Saudargaité Douaihi est l’incarnation, crue et nue, de ce que nous faisons de notre ville et de nos vies.

Car Beyrouth nous raconte.

Avec les textes de Dominique Eddé, Jad Tabet et Alexandre Medawar.